Accueil > Tous ensemble pour Aix > Interdiction des véhicules polluants

Interdiction des véhicules polluants

Interdiction des véhicules polluantsNE PLUS RESTER LES BRAS CROISÉS

Le fait n’est pas nouveau : notre ville est asphyxiée et engorgée par les voitures. Aix est désormais une des villes les plus polluées de France et d’Europe. Nous, élus de « Tous Ensemble Pour Aix », sommes inquiets de voir cette situation se dégrader, de mois en mois, sans réaction forte. Pour nous, il est urgent de d’agir !

POUR UN NOUVEAU PLAN DE DÉPLACEMENTS URBAINS

La facilitation des déplacements et la préservation de l’environnement passent, tout d’abord, par la mise en place d’un nouveau Plan de Déplacements Urbains (PDU). Le précédent a été annulé en 2008 par le Tribunal Administratif (annulation confirmée en appel), pour absence de vision globale de la structuration urbaine liée aux transports !

La Communauté du Pays d’Aix s’apprête, à peine, à relancer l’élaboration de son PDU. Elle vient de mandater un bureau d’études marseillais, pour plancher de nouveau sur ce document stratégique qui fait cruellement défaut. Nous déplorons qu’il ait fallu pour cela attendre 3 ans. Il eut mieux valu se remettre immédiatement au travail plutôt que de faire, comme trop souvent, traîner d’inutiles et coûteuses procédures judiciaires. Nous demandons aujourd’hui d’urgence un nouveau plan ambitieux, cohérent et précis.

POUR UNE MESURE DE L’IMPACT SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL

La création des « Zones d’Actions Prioritaires pour l’Air » (ZAPA), dans le cadre de la loi « Grenelle II », annoncée le 6 avril dernier par la Ministre de l’Ecologie et des Transports, va dans le bon sens. La mise en place de ces zones, d’ici 2012 dans 8 grands centres urbains, dont Aix, impliquera la limitation de l’accès aux centres-villes des véhicules les plus polluants, afin de réduire la pollution des transports en ville. Ces zones entraîneront de fait une nouvelle dynamique des centres-villes et l’émergence de nouveaux services, tels que des plate-formes d’éco-logistique pour la livraison de marchandises en ville. Enfin, cela incitera
les automobilistes à privilégier les transports en commun et les véhicules moins émetteurs de
CO2.

Nous demandons que cette expérimentation soit accompagnée d’une étude d’impact environnementale et sociale pour décider, à l’avenir, de son maintien ou de son extension future.

POUR UNE GRATUITÉ DES TRANSPORTS EN COMMUN

L’interdiction de véhicules polluants en ville, frappant d’abord les véhicules les plus anciens, touchera fatalement les automobilistes les moins nantis, les classes moyennes et populaires qui ne cessent de voir leur pouvoir d’achat baisser, malgré les belles promesses présidentielles et gouvernementales.

Nous demandons que cette interdiction soit compensée par l’instauration d’une gratuité des transports en commun sur le territoire communal pour ces publics. Nous y voyons l’opportunité de combiner efficacement impératifs économiques, sociaux et environnementaux et de favoriser de nouvelles habitudes de déplacements.

UN PREMIER PAS VERS UNE POLITIQUE PLUS AMBITIEUSE

L’interdiction des véhicules polluants à Aix ne peut être, pour nous, qu’un pas vers des mesures plus ambitieuses et générales à savoir :
- la piétonisation de la ville dont l’actuel maire parle depuis plus de 10 ans, sans avoir étendu la zone piétonne du centre-ville à la moindre rue.
- L’extension progressive de la gratuité des transports en commun.
- La relance d’un plan vélo après l’échec patent du dispositif « Decaux » négocié dans d’invraisemblables conditions.

  1. maxime
    07/06/2011 à 12:51 | #1

    La lutte contre la pollution et pour l’amélioration de la santé publique doit être une préoccupation forte chez les élus. La mesure prise par la municipalité va dans le bon sens. Toutefois, nous ne pouvons que souscrire aux réserves émises par le groupe « Tous Ensemble pour Aix ».
    Si ces mesures ne sont pas accompagnées des mesures d’accompagnement proposées par Brigitte Devesa et l’opposition municipale, alors c’est toute une catégorie de la population qui se verra interdire de Centre Ville. D’ailleurs, connaît-on aujourd’hui la couverture territoriale de l’interdiction (c’est quoi, le Centre Ville??).
    Une proposition : prévoir une dérogation pour les véhicules des personnes à mobilité réduite. N’appliquons pas la double peine à des personnes qui ont déja suffisament de mal à se déplacer.

  1. Pas encore de trackbacks